Activités de l’Amicale Belge en 2013

Depuis sa creation l'Amicale Belge Nationale comptait 9 Amicales regionals c.a.d. une Amicale par province. Le nombre de membres diminuant d'année en année, les Amicales regionales n'avaient plus ni les moyens ni les hommes pour continuer leurs activités.
Actuellement il n'yen a plus étant donné que l'Amicale des deux Flandres a cessé ses activités.
Tous les membres des autres Amicales se sont maintenant regroupés au sein de l'Amicale Nationale.

En dépit d'un effectif réduit (mais qui augmente légèrement grâce au website du C.I.D.)
l'engagement de notre Président Roger reste important.

Il continue à représenter l'Amicale aux ceremonies nationales de commémoration importantes, organisées par le Palais Royal, le Parlement, le Sénat, la Défense Nationale, les Amicales des Camps (Mémorial de Breendonk – TIR National – Caserne Dossin – Meensel Kiezegem – Te Deum...)

Il continue de participer à des journées d'étude organises par le Ceges (Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines)

Il continue à faire des recherches très poussées en ce qui concerne les activités de son père dans la Résistance et son sort dans les prisons et camps Nazis.
Ce récit – complet avec nombre de photo's et dessins – sera bientôt visible sur le site du C.I.D.

Il continue à donner des conférences dans des écoles importantes de la Flandre . Les élèves visitent d'abord la Caserne Dossin à Mechelen (Holocaust) et ensuite le Mémorial de Breendonk. Ainsi ils ont un aperçu exact de ce qui s'est passé. Après la conférence il y a du temps pour une séance de Q/R, qui est souvent d'un niveau excellent.

Le Groupe Mémoire (crée par Arthur Haulot , dont l'Amicale (représenté par Roger de taevernier) est membre, en collaboration avec la Fondation Auschwitz se sont réunis avec des collaborateurs du Ministre-Président de la Région Bruxelles afin d'activer la procedure de classement des caves des appartements situés avenue Louise à Bruxelles.
Les immeubles des nr 453, 347 et 510 d'une des plus belles artères de Bruxelles, l'avenue Louise, ont été réquisitionnés par la Gestapo durant la guerre.

scanactiviteit2013Aklein

 cliquez sur la photo pour l’agrandir


Devenus de véritables centres de torture, les murs de leurs caves sont encore couverts d'inscriptions et de croquis retraçants le désespoir et les dernieres volontés des détenus. Or, jusqu'à present, aucun de ses lieux n'a reçu la moindre reconnaissance.
Actuellement la Région de Bruxelles a confirmé qu'un premier pas a été franchi au cours d'une rencontre avec les co-proprietaires du 453.
La question qui se pose est, en premier , de pouvoir entrer dans les caves et de recenser celles sur les murs desquelles figurent des annotations datant de l'occupation nazie
Le Cabinet du Ministre-Président prévoit un délai de 6 mois à 2 ans pour realiser, dans les meilleures conditions possibles , l'ensemble du projet de classement et ceci en collaboration avec l'Institut du Patrimoine Artistique

scanactiviteit2013Aklein

 cliquez sur la photo pour l’agrandir