Les déportés Espagnols, ce qui leur est arrivé avant leur arrivée à Dachau.

 

L'un des événements organisés à l'occasion du 76e anniversaire de la libération du camp de concentration de Dachau a été la remise du prix Stavnislaw Zámêcnik à Johannes Meerwald pour son travail de recherche intitulé "Les prisonniers espagnols dans le camp de concentration de Dachau (1940-1944), déportation, détention, conséquences".

Cette étude sur les déportés espagnols à une nouvelle fois mis en évidence leur singularité. Il est vrai qu'il ne s'agissait pas d'un groupe très important par rapport à d'autres groupes de déportés d'autres nationalités. Environ 750 personnes sont entrées dans le camp (il convient de noter que certains Espagnols ont été enregistrés comme ayant la nationalité française à leur entrée dans le camp, alors qu'ils étaient d'origine espagnole).

Spanish Dachau survivors

Image: cedida por la Fundación Pablo Iglesias. Madrid

 

Mais en tant que groupe en soi, il a une singularité qui le rend différent de tous les autres déportés, et cette singularité réside dans le fait que son histoire antifasciste a commencé en juillet 1936 pour défendre la légitimité de la Seconde République espagnole après le coup d'État militaire qui a donné lieu à la guerre d'Espagne entre 1936 et avril 1939.

L'Espagne a été le premier théâtre européen où une lutte contre l'avancée du fascisme et du nazisme a été initiée et menée. Le soutien allemand et italien au coup d'État militaire du général Francisco Franco, ainsi que la neutralité de la France et du Royaume-Uni, entraînent l'effondrement de la Seconde République. Ces deux pays ont également imposé la dissolution des Brigades internationales qui étaient arrivées en Espagne pour soutenir et défendre la légitimité du gouvernement républicain. L'Europe n'a pas compris qu'elle avait commencé ce qui, des années plus tard, allait conduire à l'invasion de la Pologne et à tout ce que cette action impliquait.

Le travail de Johannes Meerwald m'a amené à évoquer et à mettre en mots ce qui est arrivé à une majorité d'Espagnols avant leur arrivée à Dachau. J'ai voulu utiliser un texte court pour décrire ce qui est arrivé à de nombreuses familles après ce funeste 18 juillet 1936. Cette date a marqué le début, pour une grande majorité de femmes, d'hommes et d'enfants, d'événements qui les ont amenés, des années plus tard, en janvier et février 1939, à franchir la frontière française dans l'espoir d'être libres, mais cela s'est transformé en un exode, un exil et un emprisonnement derrière des barbelés. Dans des camps de travail en France, en Afrique du Nord et dans les îles anglo-normandes... pour finalement être déportés dans les camps de concentration de l'Allemagne nazie.

Savoir ce qui est arrivé à ce groupe de déportés avant leur arrivée à Dachau est un acte de réparation avec leur Mémoire, c'est donner une parole à leur Silence et c'est transformer l'Oubli en Mémoire, et c'est sans doute une amélioration de la compréhension de leur vie.

Cristina Cristóbal Mechó

Président de l'Asociación Amical Dachau-AAD (Association des Amis de Dachau-AAD)

(Petite-fille de Fermín Cristóbal López 94139. Déportée et morte à Dachau)

En savoir plus : AVANT DACHAU...  page Web CID en espagnol.

Les Espagnols en transit : guerre, retraite, déportation, silence.