AMICALE NATIONALE DES ANCIENS PRISONNIERS POLITIQUES ET AYANT DROIT DE DACHAU ET DE SES COMMANDOS EXTERIEURS a.s.b.l.

 

Compte rendu des activités durant l’année 2018 de l’Amicale belge de Dachau.

En 2017 la télévision flamande a présenté une série documentaire concernant les enfants de la collaboration. Cette série a donné lieu à une sérieuse critique de la part des enfants de la résistance et des enfants de la patrie (orphelins de guerre).

Le 27 janvier 2018 le livre réalisé à partir de ce documentaire télévisé ainsi qu’un livre sur le camp de détention de Lokeren-Hekalo ont été présentés officiellement à la mairie de Lokeren.

A la demande de nombreux amis Roger de Taevernier, notre président, a assisté à cet évènement. Il avait pourtant lui aussi critiqué à fond l’initiative de la télévision flamande, plus particulièrement parce qu’il y avait un manque total d’explicitation informative concernant les activités de la collaboration. Selon lui les producteurs du programme auraient pu commencer par une série concernant les enfants de la résistance. Lors de la réunion Roger s’est longuement entretenu avec Koen Aerts, producteur principal de la série. Ce dernier lui a confié qu’une série concernant les enfants de la résistance a été prise en considération pour 2019-2020.Entretemps notre président a été contacté par la VRT (Radio télévision flamande). Récemment un premier contact a eu lieu à son domicile avec interview, photos et enregistrement. A suivre…

Comme chaque année Roger a représenté l’Amicale belge aux journées de commémoration des prisonniers politiques à l’Enclos des Fusillés de Bruxelles (28/4), des prisonniers Nacht und Nebel (5/8), des victimes de Meensel-Kiezegem (5/8). Il a également participé à la réunion des enfants « Our Bay-Bee – enfants de la résistance- Gisele Burket.

Cette dernière réunion a eu lieu à l’occasion de l’inauguration d’un monument à la mémoire des membres d’équipage d’un avion RAF Lancaster B17.

Le 17/8/1943 un avion Lancaster B17 de la RAF a été descendu par un avion de chasse allemand piloté par Erich Burkert. Le bombardier s’est écrasé dans les environs de Sas 6. Les 10 membres d’équipage ont pu quitter l’avion à temps et ont tous survécu au crash. Sept d’entre eux ont été fait prisonnier de guerre par la GFP. Les 3 autres (Minnich, Sarnow et White) ont été recueillis par le groupe de résistance Turnhout-Mol.

John White s’est caché pendant quelques jours dans la maison familiale de notre président. Son père, Alfons de Taevernier, l’a conduit ensuite en voiture à Bruxelles pour le mettre en contact avec le Groupe Comète spécialisé dans le transfert de pilotes vers l’Angleterre passant par la France et l’Espagne. Quelques semaines plus tard White est rentré chez lui à la grande joie de ses parents qui avaient reçu le message qu’il était « missing in action ».

Les enfants, les petits-enfants … des pilotes, des résistants, mais aussi la fille du pilote allemand (Gisele Burkert) ont assisté à l’inauguration du monument là où le crash a eu lieu.

Quel bel exemple de fraternisation!

John White a écouté le récit de Roger à propos de son père. Quand il a appris que le père de Roger est mort au KZ de Dachau, les larmes lui ont couvert le visage. Pour Roger un jour inoubliable.

Le 19/9 Roger a une fois de plus représenté L’Amicale à la cérémonie de commémoration au Mémorial de Breendonk.

Fin 2018 notre président a assisté aux réunions du Groupe Mémoire en vue de l’organisation d’un symposium national concernant les Schutzhäftlinge prévu pour le 30 mars 2019. Barbara Distel a été invitée comme conférencière à cet événement.

Mentionnons pour terminer les exposés concernant les activités de résistance de son père, Alfons de Taevernier, que Roger donne régulièrement dans des écoles ou des cercles culturels.

Roger2018tatigkeitsberichtbelge

 livres

Gevangenissen

Booker Michael "Colditz" (Pictorial collection)
De Jaegher Mieke "De weggevoerden"
Wachsmann Nikolaus "Hitlers gevangenissen"

Concentratiekampen

Alakus/Kriefarz/Vorberg "Sex-Zwangarbeit"
Amesberger/Auer/Halbmeyer "Sexualisierte Gewalt" (Weibliche Erfahrungen in KZ)
Bakels Floris "Nacht und Nebel"
Benz / Distel "Ort des Terrors" (deel 1-2-3-4-5-6-7-8-9)
Benz/Distel/Königseder "Nationalsozialistischer Zwangslager"
Brückner Wolfgang "Arbeit macht frei" (Herkunft und Hintergrund der KZ-Devise)
"De laatste getuigen" (Werkgroep 10/12/2008)
Cagnol Jean "Nuit et Brouillard"
d'AlmeidaFabrice "Les gardiens des KZ et leurs loisirs"
De Laender Jan "Het hart van de duisternis"
Feron André "Je ne puis oublier"
Gabriel-Mailänder-Neuhofer-Rieger "Lagersystem und Repräsentation" (Dr Schenk-Dachau)
Hachett David "The Buchenwald Report"
Kühn Heinz "Blutzeugen" (Bistum Berlin)
Knigge /Wagner "Forced Labor" (The Germans,the forced labor and the war)
Lambrechts René "Wij, Muselmanner"
Maes frans "Het doet nog pijn" (tekeningen)
Mampaey/Moreau "Niet opnieuw" (jongeren en overlevenden)
Maurice Violette " NN Nacht und Nebel"
Oth Karin "Das System der NZ Konzentrationslager "
Schilde/Tuchel "Columbia-Haus" (Berliner KZ 1933/1936)
Schulte Jan "Zwangsarbeit und Vernichtung –SS Wirtschaftsimperium" (Oswald Pohl )
Sofsky Wolfgang "Die Ordnung des Terrors"
Sommer Robert "Das KZ Bordell" (sexuelle Zwangsarbeit)
Vanden bergh Erwin "Ieder het zijne" (Mollenaars in de Concentratiekampen)
Van den Berghe Gie "De zot van Rekem" – "Gott mit uns"
Vogelaer Jacq "Over kampliteratuur"
Van Eck Ludo "Boek der kampen"

Dachau

Abbé Froidure "Au bagne d'Esterwegen" (ook Bayreuth en Dachau !!)
Abzug Robert "Inside the vicious hearth" (bevrijding p87-103)
Beimler Hans "Im Mörderlager Dachau"
Benz – Distel "Ort des Terrors" deel 1en 2)
Berben Paul "Dachau 1933 – 1945"
Bernard Jean "Pfarrerblock – 25487"
Bertrand François "Notre devoir de mémoire" (Todeszug)
Bridgeman Jon "End of the Holocaust" (bevrijding p 61 – 76)
Brome Vincent "The way back" (Pat O' Leary – CID)
Brückner Wolfgang "Arbeit macht Frei"
Buechner Howaard "The Hour of the Avenger" – (Sparks) (bevrijding Dachau)
C.I.D. "Nie wieder – Never again"
Churchill Peter "The spirit in the cage"
Clair Jean "La barbarie ordinaire"
Cobden John "Dachau : Reality and Myth" (revisionisme)
Cummins Paul "Dachau Song" (Herbert Ziegler)
Dachau 1945-1985 "Herdenking van de bevrijding"
Dachau defendants "Life Stories – War Crimes"
Dachauer Dokumente "Die letzten 100 Tage des KZ Dachau"
"Endstation Dachau – Der Todeszug aus Buchenwald"
Dachaer Hefte (1-2-5-6-7-8-11-13-15-16-18-19-20-21-22-23-24-25)
Dachauer Symposien 1-2-3-4-5-6-7
Dachau."Around the Concentration Camp" (zie rode farde)
Dachau "Liberation" (zie rode farde)
Dachau "The Trials – Martin Gottfried Weiss" (zie rode farde)
Dann Sam "Dachau 29-4-1945 - The Rainbow Liberation Memoirs"
Fraysse Renée "De Francfort a Dachau"
Ganor Solly "Das andere Leben" (Dachau-Aussenlager) + beeldboek
Gerard Jo "Interview de L'Abbé Froidure"
Gerhardus/Mensing "Namen statt Nummern – Dachauer Lebensbilder"
Gerz Jochen "Das Dachau Projekt"
Goehring Ludwig "Dachau – Flossenburg – Neuengamme"
Govers Frans "Stemmen uit Dachau"
Grabowsky Hans "Das Geld des Terrors" (Dachau p 141 en 433)
Green Joshua "Justice at Dachau"
Gross K.A. "Fünf Minuten vor zwoelf"
Gross K.A. "Zweitausend Tage Dachau"
Gruberova – Zeller "Geboren im KZ" (Kaufering 1)
Gruner Martin "Verurteilt in Dachau" (KZ-Kommandant Alex Piorowski)
Gun Nerin "Day of the Americans"
Halow Joseph "Innocent at Dachau"(revisionisme)
Haulot Arthur "J'ai voulu vivre – Journal de camp" – "Poèmes du sang"
Hirsh Michael "De bevrijders" (Kaufering en Dachau)
Israel David "The day the Thunderbird cried" (Liberation of Dachau )( Hfdst. III)
Kalmar Rudolf "Zeit ohne Gnade" (die Wahreit 1938-1945)
Kammerer Jean "La baraque des pretres à Dachau"
Kastner Wolfram "Eine deutsche Strasse" (Dachauer Strasse)
Koch Oskar "Dachau-Landsberg / Justizmord" (revisionisme)
Knooph "Een theater in Dachau"
Kopac Vlaslo "Blickwechsel" (tekeningen)
Kuci – Haulot "Dachau "
Kupfer – Koberwitz "Dachau 1942 -1945"
KZ – "Dachau 1933 _1945"
KZ " Dachau – Allach - Ende und Anfang"
KZ "Menschen und Dingen im KZ Dachau" (Zeit-Raum-Beziehung)
KZ "Sie gaben uns wieder Hoffnung"(Geburt im KZ-Aussenlager Kaufering I)
Lessing Holder "Der erste Dachauer Prozess"
Linden John"Surrender of Dachau"(29/4/1945)
Lovith Egor "Ich zeige wenig und sage alles" (Pastelle – Gemalde – Zeichnungen)
Mannheimer Max "Spätes Tagebuch"
Marcuse Harold "Legacies of Dachau"
Mauroy (L'abbé) "Mes prisons et Dachau"
Michelet Edmond "Rue de la Liberté"
Music Zoran "Nous ne sommes pas les derniers"(tekeningen)
Musiol Theodoor "Dachau" (Pools)
Neuhausler Johan "Wie war es im KZ Dachau"
Neurath Paul Martin "The Society of Terror – Dachau and Buchenwald"
Paternotte Jean "Labyrinthe Nazi" (getuigenis van gevangene 40512 - 1942/1945)
Perry Michael "Dachau liberated – Report by the US Seventh Army"
Pesson Louis "Je n'avais que vingt ans" (survivre à l'horreur – Struthof/Dachau)
Py Bernard "Dans le camp de concentration de Dachau j'ai trouvé le bonheur
Quentin Clément "Stueck 72889 – Cobaye humain à Dachau"
Richardy Hans Gunther "Schule der Gewalt - KZ-Dachau"
Riedel Dirk "Kerker im KZ Dachau" (Die Bunker)
Röder Karl "Nachtwache" (10 Jahre KZ Dachau und Flossenburg)
Rost Nico "Goethe in Dachau"
Rost Nico "Ich war wieder da"
Rovan Joseph "Geschichten aus Dachau"
Ryback Timothy "The last Survivor
Sacco Jack "Where the Birds never sang" (bevrijding)
Sales P Hess "KZ Dachau – Eine Welt ohne Gott"
Schalm Sabine "Uberleben durch Arbeit" ( Aussenlager des KZ Dachau)
Schneider /van de Westelaken "De bus uit Dachau"
Schwake Gregor "Moench hinter Stacheldrath"
Schwenke Kerstin "Die Besatzer und die Öffnung der Kz" (Dachau)
Selzer Michael "Deliverance Day – The last Hours at Dachau
Smith Marcus "Dachau –" The harrowing of Hell"
Steinbacher Sybille "Dachau – Die Stadt und das KZ in der NS-Zeit"
Steinbock Johann "Das Ende von Dachau"
Union Belge "Journal de Dachau" (1 tot 17 / reproduit en 1949)
Van Eck Ludo "Zo was het in Dachau"
Wagner Karl "Ich schlage nicht" (Beitrage zur Geschichte des KZ Dachau-Allach)
Wagner Andreas "Todesmarch"
Werner Helmut "Hitlers Alchemisten" (Goldherstellung im KZ Dachau)
Whitlock Flint "The rock of Anzio" (45 th Inf Div – Liberation of Dachau hfst 12)
Wikipedia "Personal im KZ Dachau"
"Todes opfer im KZ Dachau"
Wittman Max "Weltreise nach Dachau"
Zamecnik Stainslav "C'était ça Dachau"

webshop CID

Alfons de Taevernier

 detaevernier1939small

lire l'histoire

interview avec Roger de Tavernier, Alfons fils

interview

 
 
 
 
 
 
 
 


Amicale belge des Anciens Prisonniers Politiques et Ayants-droit

De Dachau et de ses Commandos Exterieurs

 

Historique

Fondée clandestinementà Dachau sous le nom " Commandement Comité National Belge" et sortie de l'illégalité le 29 avril 1945 à 17 heures 50.
Edition du bulletin "L'Union Belge" dont 17 numéro's parurent dans le camp.
Premier congress à Bruxelles en octobre1945.
Amicalement constituée en ASBL (Moniteur du 11/10/1947 numéro 2147)
Président : Arthur Haulot
Secretaire Général : Georges Valéry Walraeve

scanintrolagergemeinshaft

Objectifs

Grouper les Anciens P.P de Dachau et de ses commandos extérieurs.
Défense des droits moraux et matériels, lesquels droits sont compris dans le sens le plus large que peut comporter cette expression.
Perpétuer le souvenir des sacrifices, consentis par les meilleurs fils et filles du Pays. Action totale pour la défense de la Paix et contre le retour des horreurs des camps de concentration.

Effectifs à la Libération

930 survivants pour Dachau (les belges se trouvant en ce moment dans les commandos extérieurs non compris).

Urnes

Pour honorer la mémoire de ses martyrs, l'Amicale a considéré comme son devoir sacré le depot solennel d'urnes contenant des cendres anonymes prélevées au crématoire du camp ou des ossements provenant des fosses communes de la colline du Leitenberg. Celles-ci ont été remises officiellement depuis 1950 dans les villes suivantes de la Belgique :

1950 au Mémorial National de Breendonk
1953 à Antwerpen
1954 à Charleroi
1955 à Gent
1956 à Namur
1957 à Liège
1958 à Bruxelles
1959 à Mons
1960 à Heist aan Zee
1968 à Hodeige
1969 à Tournai à Henri-Chapelle et à Leuven (Mausolée de Buchenwald)
1970 au Tir National par la Fraternelle des camps et prisons Nazis),à Halle, à Menen et Eeklo
1971 à Mechelen (Monument du P.P.) et à Dinant
1972 à Brugge
1973 à à Malmédy
1974 à Mariembourg
1975 à Grâce-Hollogne et à la Maison de la Résistance (Bruxelles)
1976 à Waterloo
1979 à Antwerpen
1981 à Visé et à Sambreville
1983 à la ville de Soheit Tinlo (terre du Crématoire)

Drapeau national original

Confecionné au camp-même par Pierre Festers et Jacques Falaise, avec le tissu volé dans les reserves SS, le triangle rouge et la lettre B sont entourés par du gallon argenté provenant d'uniformes SS. Sur le dos on reconnaît l'étoile du Congo belge.
Ce drapeau flotta fièrement sur la place d'appel du camp le prmier mai 1945.
L'Amicale belge a transmis ce drapeau au Musée de la Gedenkstätte.

Plaques commemoratives

Apposée par notre Amicale en 1955, sur le mur intérieur du Crématoire, portant le texte suivant : "Toi qui viens dans ce lieu de souffrances, receuille-toi et songe à ceux des nôtres qui sont tombés ici, pour la paix et la Belgique".
En 2012 une plaque a été mise au mur des Fosses Communes du Leitenberg.

Proces des bourreaux en 1945 à Dachau

L'Amicale belge de Dachau en la personne de son Président et de son Secrétaire Général, témoins principaux de l'accusation, a été citée sur ordre du Gouvernement Américain (War crimes Trial) pour témoigner contre les boureaux SS et aider à ce que justice soit rendue.

 

Comité International de Dachau (C.I.D.)

L'Amicale belge de Dachau est à la base de la reconduction en novembre 1955 du Comité International de Dachau et en est le fondement (siege social à Bruxelles – ASBL Moniteur nr 3987).prikkeldraadScan 3

Serment des Anciens
Prononcé le 29 mai 1955 devant les Fosses Communes du Leitenberg

"Dix ans après sa Libération"

Réunis à Dachau, au lieu meme ou des centaines de milliers de concentrationnaires de tous pays connurent la souffrance et mêlèrent leur sang. Unissant dans notre pensée leur martyre à celui de tous qui tombèrent en defendant leur patrie contre l'oppression.

Nous jurons

- de garder vivant le souvenir des victimes de la barberie nazie
- de lutter pour empêcher le retour des camps de la mort et l'emploinde tout autre
moyen d'extermination massive
de nous oppose à ce que les bourreaux, leurs chefs et leurs maîtres retrouvent leurs armes pour attaquer et asservir les peuples
de rester fidèles à l'union et à la camaraderie nées dans la souffrance et dans le combat, de nous consacrer au rapprochement des peuples dans la paix en vue d'assurer leur sécurité, leur independence et la liberté.


 

Dachau : 1933 – 1945

 

Camp de Concentration Nazi
Ort des Terrors
Lieu de mémoire

 

 

Prisoners barracks dachau publicdomain klein

 

 

 

Pourqoi ?

 

 

 

 

Durant la période où le régime nazi dominait en Allemagne et sur l’Europe, les camps de concentration et ceux d’extermination ont été nombreux, répartis sur l’ensemble du Reich et des territoires occupés. Organisés sur un modèle, ils mettaient en oeuvre deus objectifs distincts: la répression de toutes les oppositions ainsi que l’élimination des Juifs et des Tziganes.

Le devoir de vigilance, qui doit nécessairement accompagner de Devoir de Mémoire, nous impose le souvenir de ces deux atrocités.

Parallèlement à l’extermination pour raisons ethniques dans les camps ‘d’extermination, la politique du Führer a consisté à éradiquer les différentes formes d’hostilité à son regime par l’organisation et la mise en oeuvre d’une vaste structure de repression dans les camps deconcentration. Le décret de décembre 1941 a ordonné la deportation et la disparition, dans le secret absolu, de tous les ennemis ou oppasants au Reich dans le cadre des dispositions dites

“Nacht und Nebel” (Nuit et Brouillard). Il a été un element fort de cette repression contre toute velléité de résistance ou d’opposition de la population allemande et des pays occupés.

Ces camps de la mort lente et progammée ont regroupé des millions de détenus qui furent executes, éliminés, tortures, exploités, affamés, déshumanisés. Les dirigeants de ces camps ont mis en place une organisation dont la finalité était la destruction de toute identité, l’épuisement, la mort par le travail et la dénutration calculée. La survie des détenus se faisait au jour le jour, dans la peur et l’angoisse, face aux brutalités des gardiens et de leur pouvoir de vie ou de mort immediate.

Dachau est incontestablement le symbole des crimes contre l’Humanité commis dans les camps de concentration. Ses spécificités en font le lieu mondial de la Mémoire de la Déportation des Résistants au nazisme dans l’Eorope entière.

 

IMG 6295

 

 

 

Dachau : un symbole

 

 

 

 

Plusieurs spécificités distinguent Dachau, symbole des crimes contre l’Humanité, de l’univers concentrationnaire :

 

La durée :

Dachau fut le premier camp de concentration d’Etat du Reich. Le 21/3/1933 HeinrichHimmler (Reichsführer SS) publia sur l’ordre direct de Adolf Hitler (Führer) un communiqué de presse qui annonce l’ouverture d’un camp modèle à Dachau. Le 22/3/1933, les premiers prisonniers, de nationalité allemande, au nombre d’une soixantaine, commençaient leur captivité au camp, un mois seulement après l’élection d’ Hitler à la tête de gouvernement allemand (avec 53 % des voix du peuple allemand)

Dachau fut l’avant dernier camp libéré, le 29/4/1945, jour de la mort d’Hitler, par les Américains.

 

Le camp “modèle”:

Dachau devint la reference, le modèle, l’école du crime SS, formant à “ die Schule derGewalt” (l’Ecole de la Violence) les futurs cadres et gardiens ( Aumeier – Baer – Fritzsch – Höss – Hofmann - Koegel – Loritz – Trenkle - Weiss …). Il servit de prototype pour les 1650 camps de concentration et d’extermination ultérieurs (infrastructure, organisation, fonctionnement, formation, etc..) (“Modells Dachau” par Theodor Eicke – Inspekteur der Konzentrationslager)

 

Les expérimentations :

Dachau fut le camp d’expérimentations des méthodes d’extermination sur les enfants déficients, malades mentaux, grabatoires (Aktion T4), dont les “médecins” furent mutés par la suite dans les camps d’extermination des Juifs et des Tziganes.

Dachau n’échappa pas à la conduite d’expériences pseudo-médicales dans les domaines suivants : injections de la malaria et de la tuberculos, hypoxie d’altitude..

Le Dr Rascher, médecin de la Luftwaffe, protégé de Himmler, pratiqua des experiences sur les effets de l’hypothermie par bains d’eau glacée: 200 détenus furent l’objet de ces expériences, 80 en moururent. Des essais tentant de rendre potable l’eau de mer furent très mal supportés par les victimes, qui souffraient d’une soif inextinguible.

La détentation de multiples opposants :

Dachau fut d’abord un camp destine à incarcérer les opposants allemands au regime nazi (hommes politiques, intellectuels, militaires…) puis rassembla des représentants de l’Europe et du monde, de 38 nationalités différentes.

Dachau a acceuilli plus de 200000 détenus venus de toute l’Europe, dont 84738 après le 20 juin 1944 ; au moins 41500 d’entre eux moururent au camp et 160000 autres furent marquees à vie par les tortures, le travail force et l’avilissement.

Dachau, initalement conçu pour une capacité de 5000 détenus, affichait une population permanente de 35000 détenus, au prix d’une degradation extrême des conditions de vie.

Les prisonniers couchaient tête bêche sur des châlits aux paillasses de 80 cm de large. La nourriture fut réduite à des rations de famine .

Dachau, camp central, comptabilisait 35000 détenus “permanents”. Outre ces prisonniers figuraient dans la comtabilité quelque 40000 déportés répartis en 183 Kommandos extérieurs (Allach – Augsburg - Kaufering - Mühldorf - Überlingen…) Le réseau de ces sous-camps, les uns permanents , les autres temporaires, était dédié à des tâches précises telles la construction d’aérodromes, le déblaiement de Munich suite aux bombardements intenses par les Alliés, constructions d’usines d’armement souterraine, construction de bunkers, réparations d’avions de chasse…

Dachau compta un grand nombre de prêtres catholiques allemands et étrangers, détenus en raison de leur hostilité au nazisme (Pfarrerblock) . 2771 religieux furent comptabilisés à Dachau, 700 y moururent, 300 disparurent.

 

 

 


 

 

La triste célébrité des horreurs :

Dachau fut le lieu de pendaisons, d’assassinats des détenus inaptes au travail, d’exécution systématiques, dont celle de plus de 4000 prisonniers de guerre soviétiques à Hebertshausen, etc…

Dachau enferma 583 homosexuels et nombre d’entre eux furent émasculés.

Dachau était équipé de quatre fours crématoires . Les corps y étaient brûles de jour comme de nuit . Quand la mortalité dépassait les capacités des fours, notamment durant l’épidémie de typhus, les corps des détenus étaient jetés ou entassés pêle-mêle dans d’immenses fosses avoisinantes, comme celle de Leitenberg avec plus de 7700 cadavres.

Une chambre à gaz fut installée dans le camp mais ne fut jamais mise en fonctionnement (point de discussion, de doute).

Dachau connut une épidémie de typhus en décembre 1944, transformant le camp en enfer, faute de mesures d’isolement. Une hétacombe s’en suivit. Décembre 44 : 1915 décès. Janvier 45 : 2888 . Février ; 3977 . Mars 45 : 3668 ; Avril 45 : 2625 .

Ce qui se passait dans ce block 30 (le Block Typhus) défie toute description. Les SS avaient décidé de laisser mourir les habitants de “mort naturelle”. On leur donnait une soupe encore moins épaisse, leurs manteaux et chandails leurs furent enlevés et meme leurs couvertures. Ils étaient couches à cinq dans deux lits accotés. En décembre un SS trouvait l’atmosphère irrespirable et fit enlever les fenêtres, ce qui provoqua chez ces malheureux des bronchitis, des pleurésies, des broncho-pneumonies . En définitive, écrit Mgr Neuhauser, ce qui s’est déroulé à partit du fin 1944 à Dachau constitua une des plus effroyables tragedies de l’histoire de tous les camps de concentration “

Dachau compta entre le 22/3/1933 et le 29/4/1945 32000 décès. Plus de 200000 hommes et femmes ont passé par Dachau

IMG 6139

 


 

 

 

Les SS :

La “garde “ militaire pour l’ensemble du camp, y compris les ateliers, les casernes et l’administration directe des détenus, représentait 3608 SS. Ce chiffre précis figurait dans le carnet de dernier commandant du camp, six jour savant la liberation .

La liberation :

Dachau fut libéré le 29/4/1945 . Il est 17h15 quand trois jeeps de la 7e Armée US entrent dans le camp . Les libérateurs sont acclamés . Mais ils côtoient des monceaux de cadavres .

Ils découvrent le “Todeszug”( train de la mort) venant de Buchenwald dont les images sont connus par le monde entier .

Découvrant l’horreur des camps, le general Eisenhower, commandant en chef des armées allies, déclara à ses troupes : “Maintenant vous savez pourquoi vous vous avez battu “ .

 

L’armée américaine libérait ce jour-là plus de 30000 détenus du camp principal et plus de

37000 détenus des Sonderkommandos

 

Les témoignages :

Dachau fut le camp où, afin de conserver des preuves et de témoigner de la réalité des souffrances infligées, les détenus se regroupèrent et s’organisèrent avant meme leur liberation dans le Comité International des Détenus, devenu par la suite Comité International de Dachau (CID)

Dachau fut filmé dès sa libération avec des moyens cinématographiques qui authentifient l’horreur découverte. Posséder des témoignages aussi importantes d’une période historique, aussi sombre soit-elle, constitue aujourd’hui un atout pour l’action memorielle .

Dachau , parallèlement au Nürenberg pour les hauts resonsables Nazis, est la ville, où furent jugés et condamnés en 489 procès les responsables des camps de concentration “pour avoir, dans la poursuite d’un but collectif, perpétré les actes criminels suivants : atrocités, sévices corporels y compris homicide, bastonnades, tortures, mort par affamation, actes de violence et humilations”

Dachau et ses horreurs fut décrit dans de nombreux livres :

Zamecnik Stanislav “C’était ça Dachau”

KZ-Gedenkstätte Dachau “Dachauer Hefte”

Kz Dachau 1933 – 1945”

webshop CID

 

Nie wieder

Never again

Plus jamais

 

 facebookTRANSP