General André DELPECH-Prize

Dee Eberthart reçoit le prix du CID

This image for Image Layouts addon


discours 

cher Dee Eberhart

Nous n’oublions pas.

Le Comité International de Dachau (CID) regroupe les représentations nationales des survivants de Dachau et leurs descendants. Et nous avons décidé de vous attribuer sa plus grande récompense, le Prix du Général André DELPECH. Ce prix honore les mérites de ceux qui se sont particulièrement consacrés aux objectifs du Comité International de Dachau, soit directement pour la mémoire de la déportation dans ce camp, soit plus largement en luttant contre le fascisme, le racisme et l’antisémitisme et contre toute autre discrimination pour des motifs politiques et religieux.

Cher Dee Eberhart, votre combat et votre engagement répondent parfaitement à ces critères et vous méritez largement ce Prix, après notamment la Chancelière Angela Merkel.

Les circonstances actuelles ne vous ont pas permis de venir en Allemagne, pour le recevoir comme nous l’avions prévu, lors des commémorations du 75ème anniversaire de la libération du camp, qui ont été annulées. Nous ne savons pas si des cérémonies seront possibles en 2021.

Avec cette vidéo et l’aide de vos enfants, Katryne et Urban, je viens donc à vous, pour vous remettre ce diplôme prestigieux.

Il y a 75 ans, le 29 avril 1945, vous étiez soldat au sein de la 42ème Rainbow Division et vous avez participé à la libération du camp de concentration nazi de Dachau, près de Munich.

Vous vous êtes engagé dans l’armée et vous avez quitté votre pays pour venir délivrer l’Europe occupée par les troupes nazis. Et après avoir durement combattu en Alsace durant l’hiver 1944, vous êtes entré en Allemagne et avez découvert l’horrible réalité du camp de Dachau. Nous vous en sommes profondément reconnaissants. Et je suis à la retraite de l’armée française, mais j’ai tenu à revêtir ma tenue militaire pour vous exprimer, entre soldats, mes respects fraternels.

Mais ensuite, après avoir libéré ce camp, vous avez consacré une grande partie de votre vie, à témoigner de ce combat pour la liberté auprès de jeunes dans les écoles et les universités et en entretenant la flamme du souvenir avec de hautes responsabilités nationales au sein de votre association des vétérans de la 42ème Division d’Infanterie.

Et c’est pour ces deux raisons que nous voulons vous saluer aujourd’hui.

Vous avez connu personnellement le général Delpech lors de cérémonie à Dachau. C’était un chef et une personne très agréable.

Il n’avait pas 18 ans, quand la France entière a été envahie et qu’il s’est engagé dans la Résistance, dans un réseau dont un des chefs, le général Delestraint, fut ensuite assassiné à Dachau.

Alors qu’il était lycéen, il a combattu clandestinement comme agent de liaison au sein des Forces Françaises de l’Intérieur, avec le grade de sous-lieutenant avant d’être arrêté par la Gestapo, le 17 mai 1944.

Le 2 juillet 1944, il est parti de Compiègne vers Dachau, dans le tristement célèbre « Train de la mort », avec mon père. Ils étaient entassés à 100 par wagons ; sans espace, sans air, sans eau. Sur 2 500 prisonniers, par une chaleur suffocante, il y a eu près de 1 000 morts à l’arrivée.

André Delpech fut ensuite envoyé dans une mine pour bâtir une usine dans un travail harassant il eut la chance de survivre et fit une brillante carrière militaire.

Président du Comité International de Dachau il voulait que la mémoire ne reste pas l’exclusivité des derniers témoins mais que les générations suivantes s’impliquent la transmission de cette histoire et participent aux côtés. Il s’est retiré après avoir transmis le flambeau et il est mort en 2012.

Voici en quelques mots toute la valeur symbolique de ce prix.

Mister Dee Eberhart, au nom du Comité international de Dachau, j’ai l’honneur de vous remettre, en remerciement votre combat dans la libération du camp de Dachau et votre participation à la mémoire de ce premier camp de concentration, le prix du général André Delpech, avec sur sa médaille, la colombe de la Paix.

Je tiens à vous exprimer mes sincères félicitations. Nous n'oublions pas.

Merci beaucoup pour ce que vous avez fait.

J'espère vous revoir bientôt.

Au revoir.

General Jean-Michel Thomas, President des CID

 

video fragment youtube.

En regardant la vidéo, vous acceptez le consentement des cookies de youtube.

Discours de Dee Eberhart

play-iconr.png

video fragment youtube.

En regardant la vidéo, vous acceptez le consentement des cookies de youtube.

Discours de General Jean-Michel Thomas, President du CID

play-iconr.png